biologie question #32



Gerhard (Genre: mâle, Àge: 30 années) de l'Internet sur 16 juillet, 1999 demande:

Q:

Quel genre de changements de constante du cerveau ou du comportement d'un enfant se développant peut être provoqué par la chimie de la mère (hormones, neurotransmetteurs etc.). Une mère buvant ou fumant pendant la grossesse peut faire avoir l'enfant un certain genre de défaut, mais que diriez-vous de sa chimie interne ?

vu 14786 fois

la réponse

Jennifer Love répondu le 16 juillet, 1999, R:

Le papier suivant pourrait être d'intérêt à toi. Il discute l'effet des hormones thérapeutiques de sexe pendant la grossesse. Il y aura probablement des références à beaucoup d'autres papiers sur cette matière à l'extrémité, particulièrement les informations de base sur des défauts maternels de chimie et de naissance. Vous avez besoin de l'accès à une bibliothèque médicale d'école où vous pouvez copier cet article. Voici la référence et l'abstrait : Martinez-Frias, ml., Rodriguez-Pinilla, E., Bermejo, E., Prieto, exposition prénatale de L. aux hormones de sexe : une étude de cas-commande. Tératologie 57 (1) : 8-12, 1998 janv.

Abrégé : L'effet nuisible d'une utilité thérapeutique des hormones de sexe pendant la grossesse induisant le pseudohermaphroditism dans la progéniture féminine a été bien connu depuis le début des années 50. En conséquence il y a eu de grand souci concernant les effets potentiels sur la progéniture des femmes qui emploient ces agents pendant la gestation. Quelques études ont indiqué une association, en particulier des contraceptifs oraux utilisés pendant la grossesse, avec les types spécifiques de défauts congénitaux, alors que ceci n'était pas observé dans d'autres études. Ici nous présentons les résultats d'une grande étude de cas-commande sur l'effet de l'exposition prénatale à chaque type d'hormone de sexe. Les cas étaient ces enfants en bas âge mal formés de cause inconnue, c'est-à-dire, à l'exclusion des syndromes et de ces cas avec les défauts qui ont la transmission dominante ou récessive, et ceux dus aux tératogènes identifiés. Les commandes ont été choisies parmi la même population que les cas et sont représentant de ceux qui, les ont eus ont développé des malformations, auraient été choisis comme cas. Les résultats, après contrôle des facteurs potentiels de cofounder avec différentes analyses logistiques de régression, ne soutiennent pas l'hypothèse que l'exposition prénatale aux hormones de sexe augmente le risque de malformations génitales et nongenital.

Ajoutez à ou commentez sur cette réponse en utilisant la forme ci-dessous.
(requis)
(requis pour la réponse)
Note : Toutes les soumissions sont modérées avant d'être signalé.
Si vous avez trouvé cette réponse utile, s'il vous plait considérez faire un petit don à science.ca.