Julia Levy Microbiologie et immunologie

Microbiologiste et immunologue Julia Levy est l’une des découvreurs des médicaments photodynamiques anti-cancéreux, ainsi que de médicaments pour l’ophtalmologie ; co-fondatrice de la société QLT Incorporated.

"La chose la plus importante est la suivante : n'éliminez jamais aucune option. Vous ne savez jamais ce que l’année suivante vous apportera. Si vous gardez toutes les options ouvertes, alors, quand un évènement se produira vous saurez, « c’est là que je veux aller. » Et faites-le! Ne vous forcez jamais à rester dans des cadres bien délimités."

L'histoire

En 1986 Julia Levy était en train de donner une conférence sur son travail concernant les médicaments activés par la lumière pour des médecins de Waterloo, en Ontario. Quelques années auparavant, elle avait créé une entreprise appelée Quadra Logic Technologies (maintenant QLT Inc.) afin de commercialiser le résultat de ses recherches faites à l’université. Les médecins étaient en train d’essayer ces médicaments sur des patients souffrant du cancer, et ils étaient très mécontents car Johnson & Johnson, une autre société pharmaceutique, avait décidé d’arrêter son programme de recherches appelé Photofrin. Photofrin était l’un des nouveaux médicaments photodynamiques, et il semblait être efficace contre le cancer. De nombreuses personnes qui bénéficiaient de cette technologie  ne pourraient bientôt plus obtenir le médicament. « C'est une situation qui me choquait personnellement » explique Julia Levy, qui jusqu’à ce moment précis n’avait travaillé sur ces médicaments qu’en laboratoire. « Pour la première fois j’ai réalisé que nous parlions de vrais patients, traités pour de vrais cancers. »

Cette nuit-là, dans l’avion qui la ramenait vers Vancouver, Julia Levy se mit à réfléchir : « Bon, nous nous occupons de thérapie photodynamique et nous devrions passer à la vitesse supérieure,  peut-être commencer à fabriquer Photofrin nous-même, au moins pour les chercheurs canadiens. » Elle réfléchit pendant toute la durée du voyage, et plus elle réfléchissait plus elle était convaincue de la nécessité de l’entreprise. Une fois descendue de l’avion elle appela immédiatement son partenaire commercial Jim Miller, et lui dit : « Il faut que nous fassions quelque chose. » Elle voulait juste aider les patients victimes du cancer. « Commençons à fabrique le produit. Nous savons comment le faire. » Mais la réponse de Miller la surprit : « Nous allons reprendre la société, » déclara-t’il, en parlant de la succursale de Johnson & Johnson qui fabriquait Photofrin. Ils conclurent un accord avec la société pharmaceutique American Cyanamid, réunirent $15 millions et rachetèrent la succursale. C’était un tournant important pour QLT et pour Julia Levy.
« Faire des affaires — la science commerciale — vous permet de cibler vos recherches," déclare Julia Levy. « La grande différence entre la recherche universitaire et la science commerciale n’est pas la qualité de la recherche ; mais, plus on s’approche du moment où le médicament sera disponible pour les patients, plus on devient conscient des coûts énormes liés à ces développements.» Le perfectionnement d’un nouveau traitement médicamenteux coûte environ 10 fois le prix de son invention, et on ne peut pas se permettre de faire des bêtises. C'est peut-être pour cela que ce travail convient à la personnalité de Levy, qui aime bien faire les choses du premier coup, et qui déteste revenir sur ses pas d'une manière ou d’une autre. Elle déclare : « Il est impossible de se permettre trop d’erreurs, quand la moindre de ces erreurs coûte $50,000.”
Au mois d’avril 1993 le gouvernement canadien donna l’autorisation de mise sur le marché de Photofrin pour le traitement du cancer de la vessie ; ce médicament peut aussi être utilisé pour traiter les cancers de la peau, du poumon, de l’estomac et du col de l’utérus. En 1995 QLT a reçu l’autorisation de traiter le cancer de l’œsophage pour le Canada et les Etats-Unis, et il a obtenu une autorisation très étendue aux Japon pour le traitement d'une large variété de cancers. Pendant les années 1990, QLT s’est lancé dans de nombreux nouveaux programmes de recherche sur le traitement d’autres maladies grâce aux thérapies photodynamiques, par exemple des maladies auto-immunitaires comme l’arthrite, le psoriasis (une maladie de peau) et la sclérose en plaques. « Tout cela va bien au-delà du cancer, » déclare Levy, qui est très enthousiasmée par l'idée de pouvoir guérir d’autres maladies avec ce nouveau médicament.
Le plus grand succès de QLT est de loin Visudyne, un médicament photodynamique qui est utilisé pour le traitement d’une maladie des yeux appelée dégénérescence maculaire. Ce médicament est basé sur l’ingrédient actif qui se trouve dans Photofrin, un dérivé de vertéporfine qui subit un changement chimique lorsqu’il est exposé à une longueur d’onde lumineuse particulière. Visudyne est le plus important produit biotechnologique de QLT en terme de ventes (environ un demi milliard de dollars U.S en 2004). C’est le plus lucratif des produits jamais été lancé dans l’histoire de la médecine oculaire. « Nous avons eu de la chance » dit Julia Levy. « La chance seule ne suffit pas, mais ça aide. »
La chaîne d’évènements « chanceux » commence à la fin des années 1980, au moment où Julia Lévy se consacrait à des recherches sur la manière de traiter le cancer par des thérapies photodynamiques. A ce moment, sa mère commença à perdre la vue en raison d'une dégénérescence maculaire liée à l'âge (AMD). Levy n’avait jamais entendu parler de cette maladie et décida de s’informer. Elle découvrit que, dans le monde entier, un demi million de personnes tombe malade chaque année de la forme “humide” de l’amd  — le type dont souffrait également sa mère. C’est la cause principale de cécité chez les personnes âgées de plus de 55 ans
Peu de temps après avoir entendu parler de la maladie, Julia Levy assista à une conférence sur la thérapie photodynamique. Lors de cette conférence, elle entendit un médecin parler de l’œil comme étant l’organe parfait pour le traitement par la thérapie photodynamique. Contrairement aux poumons et à la vessie où les médecins doivent faire passer un long câble à fibres optique pour traiter une tumeur à l’aide de la lumière, dans le cas de l’œil il suffit de diriger la lumière vers celui-ci ; il n’est pas nécessaire d’avoir un équipement très sophistiqué. Ce médecin énuméra de nombreuses anomalies et maladies de l'oeil qui seraient susceptibles d'être traitées par les médicaments photodynamiques. Et pourtant, même à ce moment-là, le déclic ne se produisit pas dans l’esprit de Levy : elle savait que QLT n’avait pas d’argent pour faire des recherches en ophtalmologie.
Quelques mois plus tard, Julia Levy se retrouva à l’Université d’Harvard à Cambridge dans le Massachusetts, pour y rencontrer des scientifiques qui faisaient des essais de médicaments produits par QLT sur des patients atteints de cancer de la peau. Levy s’était juste arrêtée pour voir si les choses se passaient bien, mais elle rencontra par hasard une ophtalmologiste appelée Ursula Schmidt. Cette dernière allait régulièrement au laboratoire de recherche sur le cancer de la peau pour récupérer dans les poubelles les sacs vides ayant contenu les médicaments photodynamiques ; elle les rapportait à son propre laboratoire, en extrayait les dernières gouttes et s’en servait pour faire des expériences sur des animaux atteints de maladies oculaires.
« En fait nous avions, comme par hasard, réuni de nouveaux fonds à Vancouver et nous étions à la recherche de nouveaux projets de recherche," explique Levy. Il était déjà trop tard pour traiter sa maman, mais Levy décida que QLT devrait se mettre au travail afin de trouver un médicament photodynamique pour les maladies de l'œil.
Vers 1995, au bout de cinq and de recherches environ, QLT disposait d’un médicament prêt à être essayé sur un patient humain, et ce premier médicament, pourtant peut sophistiqué, obtint un effet positif. Le développement rapide de Visudyne était très inhabituel, car en général il faut au moins une dizaine d’années de tests avant qu’un médicament soit déclaré sûr pour l'utilisation sur les humains, mais Visudyne fut commercialisé plus vite parce qu’il répondait à un grand besoin.

La jeune scientifique...

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, quelques années après la naissance de Julia Levy en Asie, dans la ville-état de Singapour, son père fut capturé par les japonais et enfermé dans un camp de prisonniers de guerre. Juste avant, la mère de Julia s’était sauvée au Canada avec Julia et une autre fille. Après la guerre, le père de Julia réussit à rejoindre sa famille à Vancouver, mais c’était un homme brisé par ses expériences de prisonnier et il n'était plus capable d'entretenir sa famille. Dans ces circonstances difficiles, Julia Levy apprit à devenir indépendante et à penser qu'une femme ne devait pas se marier uniquement afin que quelqu'un prenne soin d'elle.
Petite fille, Julia Levy trouvait déjà la biologie intéressante, même si elle se destinait à devenir professeur de piano. Elle rentrait tous les week-ends de la pension Queen’s Hall à Vancouver où elle était élève durant la semaine, et allait se promener avec sa mère dans les bois près de leur maison. Leur chien les suivait en jouant et sautant, et revenait toujours accompagné de corniauds perdus qui séjournaient ensuite chez eux pendant plusieurs jours. Parfois, Julia emportait un tamis et un bocal en promenade afin de rapporter des œufs de grenouille ; elle et sa sœur se livraient ensuite à l’élevage des têtards dans des cuvettes à la cave.


Julia Levy aimait beaucoup les mathématiques à l’école secondaire, et en 11ème elle avait un prof de biologie femme particulièrement inspirant. Après avoir obtenu un baccalauréat es arts (ba) en biologie de l’Université de Colombie Britannique à Vancouver et un doctorat de pathologie expérimentale (PhD) de University College à Londres en Angleterre, Julia Levy devint professeur de microbiologie à UBC. Dans les années 1980 elle fut l’un des fondateurs de QLT, qui en 2004 était devenu l’un des leaders mondiaux dans la vente de médicaments traitant la dégénérescence maculaire. C’était l’une des sociétés high-tech les plus chanceuses du Canada. Quand on lui demande quel effet cela fait de créer une telle richesse,  le Dr. Levy répond : « Et bien, quand je regarde tout ça je me dis… moi ? » Elle prend l’air émerveillé, mais ajoute rapidement « Moi mais avec beaucoup d’autres personnes  — il est impossible de faire ça toute seule.

La science


Les microbiologistes effectuent des recherches dans des domaines tels que les bactéries, les champignons, les virus, les tissus, les cellules, ainsi que les produits pharmaceutiques, et les toxines humaines ou animales. Julia Levy est microbiologiste et immunologue, c'est-à-dire une scientifique qui étudie le système immunitaire humain, l’ensemble des molécules et cellules qui aident le corps humain à se défendre contre la maladie. Avec ses collègues à UBC elle développe des médicaments uniques, par leur photosensibilité. Cela signifie qu’une fois exposés à la lumière, ils se transforment de telle façon qu’ils deviennent toxiques pour les cellules. Cette thérapie photodynamique peut être utilisée pour traiter les cancers du poumon et d’autres maladies comme l’AMD. Cette maladie, la dégénérescence maculaire, affecte une toute petite partie de l’oeil, appelé la macula. Cette partie de l’œil s’occupe « des affaires sérieuses », comme l’explique Levy. L’œil ressemble à un appareil photo, avec une lentille à l'avant et une sorte de « film » à l’arrière, appelé rétine. La fonction de la rétine est de convertir la lumière en signaux nerveux que le cerveau transforme ensuite en images. La macula se compose de quelques millimètres carrés et se trouve près du milieu de la rétine ; elle possède plusieurs millions de récepteurs de lumière extrêmement sensibles  — beaucoup plus proportionnellement que le reste de la surface rétinienne. C’est la partie de l’œil que nous utilisons pour lire et écrire, pour dessiner ou travailler avec nos mains, pour regarder la télévision, préparer la nourriture et manger ou pour reconnaître des visages, parmi d’autres activités qui nécessitent de pouvoir faire la différence entre différents petits détails. Chez les personnes qui souffrent d’amd, de microscopiques vaisseaux sanguins grandissent de façon anormale et envahissent l’une des membranes à l’arrière de la rétine, où les vaisseaux se mettent à saigner. « La macula est la seule partie de votre corps où, même si seul un micron est abîmé (un millionième de mètre) votre vision sera endommagée » explique le docteur Levy. La plupart des autres parties du corps peuvent résister à une grosse blessure et continuer à marcher sans problèmes, mais pas la macula. C'est l'un des endroits les plus incroyables du corps.
La vision des personnes qui souffrent d'AMD est floue et déformée au centre, et les choses apparaissent de taille ou de forme bizarre ; par exemple, des objets qui sont normalement droits, comme des poteaux de téléphones ou des encadrements de porte, apparaissent tordus ou penchés. Au fur et à mesure que la maladie s’aggrave, une tache blanche ou noire se forme dans le centre de la vision, ce qui rend des activités comme la lecture, l’écriture et la reconnaissance des petits objets très difficile. Personne ne sait exactement pourquoi l’AMD apparaît, mais il semble exister un composant génétique ; la maladie a une composante familiale. Les européens semblent plus susceptibles d en souffrir que les asiatiques ou les africains. La maladie est aussi liée à l’âge ; à peu près 50% des personnes âgées de plus de 85 ans en souffrent.

 

How Visudyne (verteporfin) works. Click to Enlarge.1. Le médicament photodynamique Visudyne est injecté dans la circulation sanguine dans le bras du patient.

2. Les lipoprotéines basse densité (ldl) sont de larges molécules qui transportent les substances grasses dans le sang. Elles forment un complexe chimique avec le médicament, et le transportent dans l'ensemble du corps.

3. La molécule de vertéporfine est l’ingrédient actif de Visudyne et qui a été développé par Levy et d’autres scientifiques chez QLT. Cette molécule change quand elle est exposée à la lumière rouge.

4. Le médicament s’accumule dans les vaisseaux sanguins anormaux de la macula malade, qui se trouve dans la rétine à l’arrière de l’œil, où de nouveaux vaisseaux sanguins connaissent une croissance anormale ce qui entraîne la maladie. Ces vaisseaux anormaux attirent et absorbent le complexe de ldl-Visudyne.

5. Parce que les nouveaux vaisseaux sanguins croissent plus rapidement que les cellules normales, ils envahissent l'une des membranes de la rétine et commencent à saigner. C’est la cause d’une des formes de la maladie de dégénérescence maculaire. Mais leur taux de croissance plus rapide leur permet aussi d’absorber la vertéporfine environ 10 fois plus rapidement que des cellules normales.

6. Au bout de 10 ou 15 minutes après l’injection, les médecins dirigent une lumière rouge et froide issue d’une diode laser dans l’œil pour une durée d’environ 90 secondes. La lumière possède une longueur d’ondes de 690 nanomètres, ce qui est la nuance de rouge optimale permettant d’activer la vertéporfine, créant des molécules d’oxygène libres. L’oxygène réagit avec les vaisseaux sanguins anormaux et les « brûle » de façon efficace.

7.Les vaisseaux anormaux sont détruits.

Toute la recherche scientifique concernant Visudyne est faite à Vancouver, mais le produit actif est fabriqué à Edmonton, dans l’Alberta, et ensuite modifié au Japon afin de le solubiliser. Enfin, le produit est mis en bouteille et étiqueté aux Etats-Unis. Une partie de ce processus de production sera bientôt déplacé vers Vancouver.

 

Mystère

Levy déclare que, bien que les chercheurs connaissent beaucoup de choses sur la biologie des cellules cancéreuse, le développement de celles-ci est toujours l’un des plus grands mystères. 

Pour continuer l’exploration

 

Carrière

Alors comme ça, vous voulez devenir immunologue
L’ensemble de la biologie clinique et de la biotechnologie est un secteur en expansion rapide, et il représente une importante partie de notre avenir. Il n’y a pas si longtemps encore, vous n’aviez qu’une seule véritable option si vous étiez biologiste : travailler dans l’enseignement. Mais il existe aujourd’hui d’innombrables opportunités de carrières : recherche clinique, travail de réglementation pour le gouvernement et l'industrie, le marketing, les processus de fabrication et de contrôle de qualité dans les biotechnologies, la chimie, les industries pharmaceutiques, l’alimentation, la santé, les ressources, l’environnement, la forêt, l’agriculture et les entreprises de conseil. L’enseignement à l’université et au collège est aussi de plus en plus répandu. Une forte base scientifique avec un diplôme universitaire est maintenant nécessaire même pour les emplois de marketing dans les entreprises de biotechnologie et dans les autres secteurs industriels high-tech. Les salaires démarrent vers $30,000 par an et peuvent atteindre les six chiffres. Cependant, comme le dit Julia Levy : « Je n’ai jamais trouvé que l’argent soit une raison suffisante pour faire quoi que ce soit. »
La formation typique qui est nécessaire pour un diplôme en biotechnologie est un baccalauréat en quatre ans, suivi de trois à quatre années de deuxième cycle pour aboutir à une maîtrise ou un doctorat. Des emplois sont disponibles à tous les niveaux de ces formations universitaires. « Par-dessus tout il faut que vous aimiez la science et que vous soyez curieux des sujets à étudier » déclare Julia Levy.
Julia Levy n’a pas de journée-type. Parfois elle passe la journée en réunion avec d'autres sociétés, ou encore à lire des la littérature scientifique, elle a des meetings avec ses collègues de QLT pour définir des stratégies commerciales. Levy aime tous les aspects de son travail, à l'exception des voyages et des discussions avec les investisseurs.

 

Idées de carrière:

  • Les microbiologistes et la cellule et les biologistes moléculaires recherchent des secteurs tels que des bactéries, des mycètes, des virus, des tissus, des cellules, des pharmaceutiques, et toxines d'usine/animales.
  • Les gens dans ce groupe travaillent dans :
  • Biotechnologie, produit chimique, pharmaceutique, nourriture, santé, ressource, ambiantes, et compagnies de consultation, gouvernement
  • Établissements éducatifs, universités/instituts de recherche de recherche, sylviculture/secteurs agricoles.
  • Apprendre plus au <a href="http://www.jobfutures.ca/noc/212p1.shtml#section1_3">futur Canada du travail</a>.

La personne

Date de naissance
15 mai 1934
Lieu de naissance
Singapour
Résidence
Vancouver, Colombie britannique
Membres de famille
  • Père : Guillaume Albert Coppens
  • Mère : Dorothy Frances
  • Époux : Edwin Levy
  • Enfants : Deux
  • Petits-enfants : quatre
Personnalité
Déterminée, impatiente, timide
Musique préférée
Les concertos pour flûte de Vivaldi
D'autres intérêts
Opéra, jardinage, famille et enfants, tennis, cuisiner, écrire de la fiction, une maison de vacances en bois sur l’île de Sonora
Titre
Présidente de la commission consultative scientifique de QLT Office, QLT Incorporated, Vancouver
Bureau
QLT Inc., Vancouver
Situation
Semi-retired
diplomes
  • BA (pathologie expérimentale), Université de Colombie Britannique, 1955
  • PhD (microbiologie), University College, 1958
Recompenses
  • Membre, la Société royale du Canada, 1980
  • Médaille d’or de la recherche médicale (Conseil pour la science de Colombie Britannique), 1982
  • Prix senior de la recherche Killam, 1986
  • Officier, Ordre du Canada, 2001
  • Prix « Future of Vision » (Foundation Fighting Blindness), 2001
  • Prix Femme de distinction (YWCA), 2001
  • Prix Friesen-Rygiel, 2002
  • Société canadienne de sciences pharmaceutiques, 2002
  • Prix Helen Keller pour contributions à la vision, 2003
Mentor
Sa mère, Dorothy, qui a du soutenir toute la famille dans les années 1940 pendant que le père de Levy était prisonnier dans un camp de concentration japonais.
Dernier mis à jour
2 octobre 2011
Popularité
73581
Page web personelle Le profil a été regardé 73581 fois

D'autres scientifiques qui peuvent être d'intérêt:

activité

Comprendre les fondations de la façon dont les drogues photodynamic et les lasers rouges fonctionnent ensemble.

Do activity