Memory Elvin-Lewis

Botanique

Ethnobotaniste et microbiologiste spécialisée dans les maladies infectieuses. Elle est experte dans l’évaluation des médecines traditionnelles et leur utilisation.

"Rappelez-vous d’avoir la patience que la technologie vous rattrape, vous et votre découverte."

L’ethnobotanique est la science de l’étude des plantes grâce aux informations obtenues à leur sujet auprès des peuples du monde entier. Les Lewis se sont spécialisés dans la découverte de nouveaux médicaments issus des plantes utilisées par les tribus natives d'Amérique du Sud et d'autres régions tropicales dans le monde. 

Les trois-quarts des médicaments modernes proviennent directement ou indirectement  de plantes utilisées dans la médecine populaire, et les Lewis sont désespérément en train d’essayer de cataloguer la large variété de plantes utilisées par les cultures de la forêt tropicale avant que celle-ci ne disparaisse en raison de l’abattage des arbres. Ils ont récoltés des milliers de plantes et trouvés des dizaines de médicaments traditionnels. Ceux-ci incluent la sève d’un arbre aux propriétés cicatrisantes, qui accélère le temps de guérison des coupures et des écorchures de 30 %. D’autres plantes traitent la malaria, la diarrhée et autres maladies. En 2003 Walter Lewis et ses collègues de l’Université Washington à St. Louis ont déposé une demande de brevet ; celle-ci est basée sur leurs recherches en collaboration avec des indigènes péruviens qui sont aussi en partie les détenteurs de ce brevet. Au même moment, Memory Elvin-Lewis travaille en collaboration avec des médecins péruviens ainsi qu'avec des chercheurs américains, dans le cadre d'une étude visant à démontrer les qualités des médicaments traditionnels contre l’hépatite. 

Les jungles tropicales où poussent la plupart de ces plantes est en cours de disparition et de plus les personnes qui savent comment les utiliser s’occidentalisent de plus en plus. Ils perdent leur culture traditionnelle et les connaissances qu’ils avaient de la forêt ; les Lewis essayent donc de rencontrer ces gens avant qu’il ne soit trop tard, car les plantes qu'ils découvrent pourraient être les médicaments miracles du futur.

 

Achuar ethnobotany. Click to enlarge.1. La hutte: La hutte Achuar se trouve dans une clairière de la forêt. Elle fait environ 12 mètres de long et sept mètres de large. Plusieurs familles vivent ensemble à l’intérieur de cette hutte, les femmes célibataires ou veuves à l’une des extrémités. Les réunions se tiennent à l’autre extrémité, autour d’un tabouret où le chef -- ou apu – s’assied. Un feu ouvert est allumé à même le sol, et la fumée s’échappe par un trou dans le toit.

2. Un ancien de la tribu Achuar: cet homme est maintenant décédé, mais ce vieux sage a appris aux Lewis de nombreuses choses concernant les plantes médicinales des Achuar.

3. Gourde avec des feuilles de houx: tous les matins, avant l’aube, les hommes Achuar boivent du guayus, une boisson très forte et au goût agréable, contenant de la caféine, et faite de feuilles de houx. Chaque homme en boit environ un litre ; et dans les quarante-cinq minutes qui suivent, il vomit environ la moitié de ce liquide. Les vomissements ne sont pas causés par a boisson elle-même, mais sont une coutume de la tribu. Quand les garçons atteignent l’âge adulte, ils peuvent participer au rituel matinal de la consommation et de la régurgitation du guayules. C’est considéré comme un honneur, et les garçons sont impatients d’être autorisé à participer à ce cérémonial. Les Lewis ne savent pas pourquoi la tribu a développé cette coutume ; il est possible que les vomissements matinaux soient favorables à la santé dans la jungle, où de nombreux parasites se développent.

4. Methylergonovine: Lorsque Walter Lewis quitte la jungle pour revenir dans sont laboratoire de l’université, il utilise des techniques d’identification chimiques pour déterminer la structure moléculaire des ingrédients actifs de la plante médicinale qu’il a rapporté. Ceci est le diagramme caractéristique d’une molécule similaire à l’ingrédient actif du champignon similaire à l’ergot de seigle et dont les Lewis ont découvert qu’il poussait sur une plante utilisée par les femmes Achuar comme aide à l’accouchement.

En observant les peuplades natives de l'Inde, d'Afrique et des Amériques, et en discutant avec elles, les Lewis ont appris comment certains arbres entraînent des allergies, et leurs connaissances ont été mises en pratique par des villes. Celles-ci s'assurent de leurs conseils dans leur politique de plantation d'arbres. Les Lewis se sont aussi penchés sur l'utilisation  par des millions de représentants des peuples indigènes dans le monde entier de bâtons à mâcher, au lieu de brosse à dents. Un exemple est celui du neem, un arbre dont l’écorce possède, quand elle est mâchée, des propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires qui peuvent permettre de réduire la gingivite (inflammation des gencives). Cependant, le couple rapporte également que l’écorce du neem pourrait contenir des substances cancérigènes. Memory Elvin-Lewis, dans une recherche de 2001 qui a fait date et qui a été publiée par le Journal d’Ethnopharmacologie, commente sur la sécurité des médicaments naturels à base de plantes ; elle déclare : « La notion que « naturel » est synonyme de « sûr » ne veut pas dire grand-chose dans la réalité, à moins bien sûr qu’on accepte aussi l’idée que « dérivé pharmaceutique » n’est pas toujours complètement bénéfique. » Les Lewis aiment préciser que les médicaments qu’on trouve dans la nature peuvent être très bénéfiques mais qu’ils doivent être utilisés avec les mêmes précautions que les médicaments conventionnels produits par les sociétés pharmaceutiques commerciales.

Les Lewis ont atteint leur but en tant qu’ethnobotanistes, en rédigeant le catalogue des plantes médicinales du monde dans un livre de 800 cents pages, « Medical Botany: Plants Affecting Human Health ». Bien qu’ils aient commencé par observer et enregistrer la façon dont les cultures indigènes utilisent les plantes médicales, ils ont finalement déplacé le but de leur recherche : ils ont commencé à travailler avec des chimistes et des pharmacologistes, afin de développer de nouveaux médicaments à partir des plantes qu'ils ont découvertes. « Les choses ont changé, » dit Walter Lewis. « Tout le monde se soucie de propriété intellectuelle lorsqu’une plante est ramassée. Si vous utilisez le savoir-faire local, il faut payer les autochtones à l’avance pour le privilège de ramasser des spécimens, même pendant la phase de recherche. »

Les Lewis passent maintenant la plus grande partie de leur temps à négocier avec les autochtones, l’université et les compagnies pharmaceutiques. Ils veulent obtenir de nouveaux médicaments fantastiques pour guérir des maladies comme l’hépatite, la tuberculose et la malaria, mais ils souhaitent aussi aider les habitants autochtones a être récompensé de façon équitable et leur permettre de récupérer une part de la propriété des brevets ainsi que la connaissance médicinale des plantes que leurs tribus ont utilisé depuis des siècles. « Nous utilisons la chimie et la pharmacologie pour dire exactement ce que fait une plante médicinale, » explique le Dr. Lewis, « mais les indigènes possèdent la connaissance des qualités médicinales de leurs plantes. » Cependant les grandes firmes pharmaceutiques souhaitent elles aussi avoir le bénéfice commercial de ces nouveaux médicaments. C’est un équilibre difficile à trouver, et ça prend beaucoup de temps.

Il y a vingt ans, les ethnobotanistes occidentaux comme les Lewis pouvaient trouver une tribu dans un coin perdu de la forêt tropicale, faire connaissance avec leurs plantes médicinales, et rapporter tous les échantillons qu’ils souhaitaient dans leurs laboratoires afin de les analyser. Aujourd’hui les choses sont différentes, la valeur commerciale potentielle des médicaments dérivés des plantes médicinales de la jungle se chiffre dans les millions de dollars. Depuis qu’ils ont réalisé ceci, les peuples indigènes ont formé des organisations pour protéger leurs connaissances des plantes et les Lewis doivent maintenant arranger leurs missions d’explorations avec un groupe péruvien appelé la Confédération des Nationalités Amazoniennes du Pérou (CONAP), qui représente 18 tribus amazoniennes différentes. Ils doivent négocier des paiements pour avoir le droit de faire des recherches, et ils doivent accepter de partager toutes les richesses découlant de leurs recherches. Les Lewis veulent eux aussi aider à protéger les connaissances tribales, et c’est pourquoi ils encodent maintenant les données et gardent secrets les noms des plantes, afin d’être sûr que personne ne s’approprie ces connaissances.

Il existe d’autres dilemmes éthiques dans la forêt vierge : « Si vous découvrez qu’une tribu a trouvé le médicament pour une maladie quelconque, est-il possible de dire à la tribu voisine de quelle plante il s’agit ? » demande le Dr. Lewis. Il ne donnera pas lui-même l’information, mais communiquera le nom de la personne à contacter au sein de la tribu.


ACTIVITé

a 1 activity pour vous à essayer dans Activités section.

MYSTèRE

Dans la jungle péruvienne, les autochtones Achuar ont montré aux Lewis une plante qu’ils utilisent pour traiter les « gens apeurés ». Les Lewis ne savent pas ce que les Achuars veulent dire par cela, mais ils pressentent que si ce mystère pouvait être résolu, un nouveau médicament pour le traitement de l’anxiété ou une autre forme de maladie mentale pourrait être découvert.

Pour continuer la découverte

Memory Elvin-Lewis, “Should We Be Concerned about Herbal Remedies?” Journal of Ethnopharmacology, no. 75, 2001.

Walter Lewis and Memory Elvin-Lewis, Medical Botany: Plants Affecting Human Health, John Wiley & Sons, 2003.

Walter Lewis, et al., “Ritualistic Use of the Holly Ilex Guayusa by Amazonian Jivaro Indians,” Journal of Ethnopharmacology, no. 33, 1991.

An introduction to ethnobotoany Musée national de la santé des E.U (site Internet sur l’ethnobotanique).

L'histoireCarrière