Kelvin Kenneth Ogilvie

Chimie organique

A synthétisé l'acide ribonucléique (ARN), et a inventé le médicament ganciclovir.

"Plus nous comprenons le monde qui nous entoure à l'échelle moléculaire, plus important est le rôle de la chimie à percer les secrets de la vie et créer de nouveaux débouchés, y compris une meilleure santé et nutrition pour toutes les sociétés."

Ogilvie est un expert reconnu en matière de la biotechnologie, la chimie bio-organique et la génie génétique. Il a développé le "Gene Machine" (1980), un processus automatisé pour fabriquer l'ADN, ce qui a permis de construire des séquences d'ADN sur l'échelle de quelques heures plutôt que des mois. Il détient 12 brevets dont un pour le ganciclovir, un médicament utilisé dans le monde entier pour combattre les infections qui se présentent chez ceux ayant un système immunitaire affaibli. Ces deux réalisations ont été reconnues en 2000, comme étant des "Jalons de la chimie canadienne du 20e siècle" par la Société canadienne de la chimie.

Ogilvie a également développé une méthode générale pour la synthèse chimique de grandes molécules d'ARN, démontrée par la première synthèse chimique totale d'une molécule d'ARN de transfert (ARNt). Cette méthode demeure toujours à la base de la synthèse d'ARN dans le monde entier. Dans la recherche médicale, l'ARN synthétique rend possible le développement de nouveaux médicaments qui étaient auparavant hors de la portée de la science. Ces médicaments seront composés de séquences d'ARN faites sur mesure pour s'attacher à certains types de virus et de réduire leur capacité à se reproduire. Un exemple: le ganciclovir. Il tue le cytomégalovirus (CMV) un type d'herpès qui attaque es gens ayant un système immunitaire affaibli comme les patients qui ont eu une greffe d'organe ou qui sont atteints du SIDA ou du cancer.

Ogilvie est devenu membre du corps professoral du département de chimie de l'Université du Manitoba en 1968. Il a déménagé à l'Université McGill en 1974 et en 1984, a été nommé directeur-fondateur, Bureau de la biotechnologie, et professeur titulaire de la chaire de biotechnologie du Canadien Pacifique à l'Université McGill. En 1987, il s'installe à l'Université Acadia à Wolfville, en Nouvelle-Écosse dans les postes de Vice-président (affaires universitaires) et de professeur de chimie. Ogilvie a été président et vice-chancelier d'Acadia de 1993-2003 où il a dirigé le développement et la mise en œuvre du célèbre programme Avantage Acadia, une initiative qui a garanti à tous les étudiants à l'Université Acadia qu'ils auraient un ordinateur portable qui serait intégré aux ressources pédagogiques diverses.

Sénateur Ogilvie a travaillé pour de nombreux organismes nationaux et internationaux, dont la Commission canadienne de la sûreté nucléaire, le Comité consultatif national de la biotechnologie, le Conseil consultatif national des sciences et de la technologie et l’Initiative canadienne pour le commerce électronique. Il a aussi travaillé à titre de conseiller scientifique dans de nombreuses entreprises spécialisées en technologie ainsi qu’à titre de consultant et de témoin-expert pour des entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques multinationales. Sénateur Ogilvie, un conférencier très sollicité, est aussi titulaire d’un certain nombre de brevets. Ses 150 publications scientifiques ont été citées plus de 5 500 fois. Il a récemment terminé un mandat de trois ans comme président du conseil sur l’innovation du premier ministre de la Nouvelle-Écosse. Il a aussi siégé au conseil d’administration de Génome Canada et a fait partie du groupe d’experts sur le transfert de la gestion des laboratoires fédéraux du Conseil du Trésor. Il a présidé le conseil consultatif de l’Institut des biosciences marines du Conseil national de recherches du Canada et le conseil consultatif du Fonds d’innovation de l’Atlantique. Le sénateur Ogilvie est actuellement le président du comité sur la recherche en santé et un membre du comité consultatif ministériel de l’industrie et du comité consultatif ministériel de la santé.

Sénateur Ogilvie a reçu la bourse Steacie en 1992, a été décoré de l’Ordre du Canada en 1991 et a remporté le prix principal Manning en 1992 pour sa remarquable contribution à l’innovation. Le magazine Macleans lui a décerné le titre de Canadian Who Made a Difference (Canadien éminent) en 1988. La même année, il a été l’invité mystère de l’émission Front Page Challenge. Par ailleurs, il a reçu trois diplômes honorifiques, la médaille du jubilé d’or de la reine Élisabeth II, la médaille commémorative du 125 e anniversaire de la Confédération canadienne et la médaille Buck-Whitney de l’American Chemical Society, en 1983. Sénateur Ogilvie a été nommé colonel honoraire de l’Aviation canadienne et a été admis au panthéon des sciences et de la technologie du Nova Scotia Discovery Centre en 2002. En 2009, il a été l’une des quatre premières personnes inscrites au tableau d’honneur de la société Girindus pour la synthèse d’oligonucléotides. Le 27 août 2009, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a nommé Kelvin K. Ogilvie au Sénat.

Ogilvie a également beaucoup parlé et écrit sur les défis auxquels font face le Canada en tant que nation, dont le rôle de l'économie des «connaissances», l'éducation postsecondaire et l'esprit d'entreprise.

 

Sources: Canadian Who's Who 1993; Maclean's, 24 Octobre 1988; CRSNG; Relations publiques de l'Université d'Acadia; Photo des Relations publiques de l'Université d'Acadia. Communication personnelle avec Ogilvie.

Le jeune scientifique ...

Jeune garçon, Ogilvie a été inspiré par l'Allemand Werner VonBraun, le grand spécialiste des fusées, qui est venu aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Rendu à l'université, Ogilvie préférait la chimie à la physique et les mathématiques. En particulier, il aimait la chimie organique synthétique. "L'excitation associée à l'ADN et l'ARN m'a amené à vouloir essayer de construire ces molécules excitantes pour mieux comprendre la vie au niveau moléculaire et pour peut-être utiliser ces connaissances pour améliorer la santé humaine."

Carrière