Fergus I. Craik

Psychologie

Il fait une des autorités mondiales principales dans les domaines de la mémoire humaine et les effets du vieillissement sur l'apprentissage, la mémoire et l'attention

Suite à sa formation académique et un séjour de 6 ans d'enseignement au Birkbeck College de Londres, Craik est allé à l'Université de Toronto. Là, en 1972, lui et son collègue Robert Lockhart ont proposé un cadre pour la recherche sur la mémoire humaine qui a eu un impact considérable sur le domaine. Ils ont suggéré que la mémoire n'est pas une collection d'histoires ou de structures comme certains le croiraient, mais plutôt un ensemble de processus qualitativement différents. Il s'est suivi une série d'expériences qui ont servi à souligner de très grandes différences dans les performances de la mémoire en fonction de la façon dont l'information a été générée lors de sa première acquisition. Craik a appliqué cette recherche à l'étude des modifications à la mémoire liées à l'âge, et ses efforts se sont traduits en plus de 150 articles et chapitres de livres, et huit livres qu'il a co-édités.

Craik a démontré le suivant: alors que la mémoire des événements spécifiques se détériore à partir de la quarantaine, d'autres types de mémoire peuvent continuer à bien fonctionner avec l'âge. Ces types de mémoire sont la mémoire des mots connus, des faits et des idées, et même de la mémoire de l'information qui a été retenue pendant une courte période, comme les numéros de téléphone. Le degré auquel ces tâches sont réussies dépend de l'équilibre entre le montant d'effort apporté aux processus mentaux auto-initiés et la mesure dans laquelle la tâche est soutenue par des influences environnementales. L'intégrité des lobes frontaux du cerveau est cruciale car ces régions sont généralement solicitées lorsque les routines automatiques ne peuvent pas être utilisées pour résoudre un problème. On croit que l'efficacité de ces domaines diminue avec l'âge. Quand les gens vieillissent, ils ont tendance à moins se fier à leurs capacités auto-générées. Pour compenser, ils utilisent davantage des moyens externes comme les listes, les rappels et les invites. Une compréhension plus complète de la distinction entre les tâches qui nécessitent de l'effort de mémoire de la part du lobe frontal, et celles qui bénéficient davantage de soutien externe, permettra aux scientifiques de concevoir des procédures pour aider à améliorer la mémoire et d'autres capacités cognitives.

 

En 1997, Craik a été nommé Chaire de recherche Glassman en neuropsychologie à l'Université de Toronto. Il est également chercheur associé à l'Institut de recherche Rotman, qui est un groupe de recherche neuropsychologique situé au Centre Baycrest pour soins gériatriques à Toronto. Il a été rédacteur en chef du Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior et a été membre des comités de rédaction de sept autres périodiques. On compte parmi ses autres postes les rôles de président honoraire de la Société canadienne de psychologie et président de la Société de la recherche psychonomique du département de psychologie de l'Université de Toronto.

Deux des livres les plus récents de Craik sont The Oxford Handbook of Memory, co-édité avec Endel Tulving (mai 2000), et The Handbook of Aging and Cognition, co-édité avec Timothy A. Salthouse (2e édition, 1999).

Les nombreuses contributions de Craik dans les domaines de la mémoire humaine et le vieillissement cognitif ont été célébrées lors d'une conférence tenue en mai 2000 à l'occasion de sa retraite de l'Université de Toronto. Elles ont entraîné la publication intitulée Perspectives on human memory and cognitive aging: Essays in honor of Fergus Craik, co-éditée par Moshe Naveh-Benjamin, Morris Moscovitch, Henry L. Roediger III, et a été publiée en Décembre 2001.

Carrière