Maria Daria Haust Médecine

A établi la pathologie pédiatrique en tant que sous-spécialité distincte

L'histoire

M. Daria Haust a obtenu son éducation primaire et secondaire en Pologne avant la Seconde Guerre mondiale. Elle aimait la poésie, la musique, les langues et la littérature, mais à l'école, elle recevait des notes plus élevées en mathématiques, physique et chimie. Cependant, même son éducation générale ne l'aurais pas préparée à relever les défis qui l'attendaient.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Daria a appliqué à l'école de médecine à l'Université de Heidelberg en Allemagne, pour "aider les malades". Il était difficile de se faire admettre: la préférence était donnée aux hommes allemands qui revenaient de la guerre, et seulement quelques sièges étaient réservés aux non-Allemands. Daria a eu la chance d'être admise. Pour subvenir à ses besoins à l'école, Daria faisait des quarts de travail la nuit et les fins de semaine à l'hôpital local américain.

Après avoir obtenu son diplôme de médecine, Daria a fait face à un dilemme. Il n'était pas raisonnable de retourner à sa patrie, qui était annexée par un autre pays, et il était impossible pour un étranger d'exercer la médecine en Allemagne. Il s'ensuit qu'elle a décidé d'émigrer aux États-Unis.

Cependant, un de ses patients, un officier supérieur américain, l'a convaincue d'aller au Canada. Il a expliqué qu'il serait plus facile pour Daria de s'établir au Canada parce que les Canadiens étaient plus doux et moins compétitives que les Américains. En plus, le Canada était influencé par la culture britannique. Inspirée par sa suggestion, Daria a étudié l'histoire, la culture, les coutumes sociales et la géographie du Canada.

Une autre surprise pour Daria a été la proposition de mariage par un de ses collègues de l'école de médecine. Heinz et Daria se sont mariés et sont partis ensemble pour le Canada en janvier 1952.

On leur a suggéré d'aller à Montréal parce qu'ils maîtrisaient mieux le français que l'anglais. En outre, ils ont été informés par le consulat du Canada que "le Canada avait besoin des médecins". Toutefois, aucune de ces suggestions n'a aidé: le couple a été pris au dépourvu. Ils ne connaissaient personne, ils ne savaient pas comment commencer une pratique médicale au Canada, et l'Office de l'emploi s'est révélé de peu d'utilité.

En dernier recours, ils ont décidé d'ouvrir un bottin téléphonique et d'appeler le premier médecin dont le nom sonnait allemand ou polonais. Heureusement, ils ont choisi le Dr Joachim Brabander, un germano-canadien de deuxième génération , qui a répondu avec beaucoup de sympathie. Il leur a décrit les multiples mesures nécessaires à franchir par les diplômés étrangers pour commencer à pratiquer la médecine au Canada. Dr. Brabander les a également aidé à trouver des emplois temporaires. Il leur a expliqué comment appliquer pour l'internant rotatoire et a également expliqué les coutumes de leur nouveau pays.

En juin 1952, Daria a commencé un internat rotatoire dans l'Hôpital général de Kingston (HGK). À sa grande surprise, elle a constaté que la médecine au Canada était un monde d'hommes: il n'y avait pas un seul médecin femme à la Faculté de médecine de l'Université Queen's ou parmi le personnel de l'HGK. Au contraire, en Allemagne, les femmes représentaient 40 pour cent des étudiants en médecine et 30 pour cent des médecins praticiens.

Lorsque Daria a complété son internat rotatoire, le moment n'était pas propice pour passer l'examen final. Elle avait deux bébés, nés en 1953 et 1955, qui avait besoin de son attention. D'ailleurs, son mari était inscrit à l'école d'études supérieure de l'Université Queen's. Ainsi, elle est restée à la maison, heureuse de prendre soin de sa famille et de se préparer pour les examens de qualification.

Daria a été invitée à faire des recherches au Département de pathologie avec le Dr Henry Movat sous le parrainage du Dr Robert H. More. Elle a commencé à travailler à temps partiel et a ensuite ajouté des heures la nuit après avoir servi le souper et couché ses fils.

À la fin de l'année universitaire, le Dr Robert More lui a offert une inscription à l'école supérieure et un poste de chercheur à temps plein sous sa supervision. Dr. More a vu que la recherche était l'avenir de Daria. Toutefois, aucun programme complet de formation en résidence en pathologie générale existait à l'HGK. Le Dr More espérait en créer un pour Daria.

Daria a fait des recherches à temps plein et a suivi des cours 1956 à 1957 et a terminé la formation en résidence à l'Hôpital général de Kingston en 1959. Elle a passé les 14 prochains mois en tant que boursière post-doctorale au Children's Hospital à Cincinnati où elle a étudié la pathologie pédiatrique. La même année, elle a réussi aux examens de qualification en pathologie anatomique et clinique au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

Au cours de sa formation Daria est retournée à la médecine clinique pour examiner les enfants et circuler dans les salles. Elle s'est rendu compte que ce n'était pas suffisant de pratiquer la pathologie pédiatrique sans connaître la pédiatrie clinique.

Elle est retournée à Kingston en 1960 et a été nommée professeure-adjointe en pathologie à l'Université Queen's et pathologiste pédiatre à l'Hôpital général de Kingston, devenant ainsi la première femme à la Faculté de médecine. Elle a continué à travailler avec le Dr More, maintenant à titre de collègue et non pas de superviseur.

Outre la recherche, Daria était impliquée dans l'enseignement; elle a formé de nombreux étudiants de niveau post-doctoral et des cycles supérieurs. Elle a également livré des cours et a été chargée de développer le contenu de cours dans les années suivantes. Elle a élaboré et publié une série de conférences en pathologie pédiatre. En 1965, elle a été promue professeure agrégée en pathologie.

En 1967, le mari de Daria a accepté un poste à Londres, en Ontario, et la famille a dû déménager. Daria a voulu s'installer au premier abord, mais elle a reçu une nomination à un poste au Département de pathologie à l'Université de Western Ontario (UWO). À ce moment-là, le Département de pathologie avait peu d'installations pour la recherche. Daria croyait qu'elle devait repartir de zéro. Heureusement, deux de ses techniciens et deux étudiants diplômés ont transféré avec elle et l'ont aidé à établir son propre laboratoire à l'Institut de recherche en psychiatrie pour enfants (CPRI), où elle a travaillé à titre de consultante. Elle prévoyait créer dans le sud-ouest de l'Ontario un département de pathologie pour les enfants souffrant de handicaps mentaux et physiques.

En 1968, Daria a été promue professeur de pathologie dans le département de pédiatrie de l'UWO. Elle a été consultante dans le département de pathologie à l'hôpital Victoria, qui fournissait des services au War Memorial Children's Hospital .

En 1972, Daria a passé une année sabbatiqu à Oxford à l'école de pathologie Sir William Dunn. Là, elle a développé des techniques de culture de tissus pour les cellules de l'endothélium artériel et des muscles lisses. Elle a introduit ces techniques dans son laboratoire lors de son retour.

Daria a bénéficié de nombreux contacts internationaux dans sa vie professionnelle. Elle a présenté son travail original lors des réunions de plusieurs organisations médicaux aux États-Unis. Elle a enseigné dans des universités et a participé à de nombreuses réunions scientifiques au Canada et à l'étranger. Elle a également siégé sur des conseils de rédaction de cinq revues internationales et a dirigé de nombreuses associations professionnelles, sociétés et organisations dans les domaines de la pathologie, la pédiatrie et la médecine générale.

Malgré toutes ses réussites, Daria est surtout fière des réalisations faites par ses anciens élèves. Elle a été nommée la meilleure professeure à l'Université de Western Ontario. En dépit de sa longue carrière, elle est toujours activement impliquée dans la communauté médicale.

Sources:

Bulletin de la Society for Paediatric Pathologists

Bref profil de la Dre M. Daria Haust.

Who's Who in Canadian Women 01/06/1998

"Maria Daria Haust: Killam Laureate 1990" dans In celebration of Canadian Scientists: A decade of Killam Laureates Éd. Kenney-Wallace, G. A.; MacLeod, M. G.; Stanton, R. G. Programme Killam du Conseil du Canada

 

La personne

Date de naissance
18 août 1921
Lieu de naissance
La Pologne
Résidence
London, Ontario
Membres de famille
  • Conjoint: Dr. Heinz L. Haust
  • Deux fils
D'autres intérêts
Chanter dans une chorale, la musique classique, les promenades dans la nature, les organismes caritatifs
Titre
Professeur émérite de pathologie
Bureau
Université de Western Ontario
Situation
Semi-retired
diplomes
  • MD Ruprecht-Karls-Université, Heidelberg, Allemagne, 1951
  • MSc (médecine) Université Queen's, 1959
  • Docteur honoris causa Medicinae, Université Jagellonne, Cracovie, Pologne, 1996
  • Grades honorifiques en médecine, Université Charles, Prague République Vérifiez, 1998
  • Grades honorifiques en médecine, Université de La Havane, Cuba
Recompenses
  • Prix ​​de pathologiste distinguée, Academy of Pathology des États-Unis et du Canada, 2004
  • Présidente honorifique, Société polonaise de pathologie pédiatrique, 1996
  • Médaille Andreas Vesalius de l'Université de Padoue, Italie, 1993
  • Prix de reconnaissance spéciale, Conseil sur l'artériosclérose, American Heart Association, 1993
  • Prix ​​Killam en sciences de la santé, Conseil des Arts, 1990
  • Médaille d'or, International Atherosclerosis Society, 1988
  • Prix ​​spécial de collègue distingué, la Société de pathologie pédiatrique, 1987
  • Prix ​​de service au premier président, Société canadienne de l'athérosclérose, 1986
  • Prix de service distingué Alexander von Humboldt, 6e Symposium International sur l'athérosclérose, 1982
  • Prix de la classe de '62 prix, le Conseil d'Hippocrate, Université de Western Ontario, 1982
  • Membre, (anatomie pathologique et clinique) Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, 1959
Mentor
Le Dr Henry Movat qui a éveillé sa curiosité, lui a appris des approches scientifiques, et l'a inpirée à maîtriser ou de concevoir de nouvelles techniques pour tester une théorie. Le Dr Robert More qui a constaté un grand potentiel en Daria et a supervisé ses études.
Dernier mis à jour
11 juin 2011
Popularité
30817

Le profil a été regardé 30817 fois

D'autres scientifiques qui peuvent être d'intérêt: