Chris Garrett

Océanographie

Expert sur les vagues scélérates et les marées océaniques

"Les enfants qui sont bons en mathématiques croient souvent que la physique n'a pas de rapport avec les problèmes que connaît la société. Mais l'étude de la «physique de l'environnement» de l'océan, l'atmosphère et des sources d'énergie renouvelables est une façon de combiner les défis intellectuels avec les intérêts de la société. Vous pouvez vraiment combiner votre passion des mathématiques avec quelque chose d'utile dans le monde."

Le premier diplôme universitaire de Chris Garrett était en mathématiques, qu’il applique actuellement à l'étude de la dynamique de l'océan. Il se spécialise dans les processus à petite échelle qui font mélanger l'océan. Ces processus ont des effets très importants sur la circulation océanique et le climat. Mais comme les nuages ​​dans l'atmosphère, ils sont trop petits pour être traités directement dans les modèles informatiques mondiaux. Au lieu de cela, les processus à petite échelle doivent être représentés par des formules basées sur la compréhension des principes de physique en question.

"De nombreuses motions sont entraînées par les forces de flottabilité, et subtilement compliquées par les influences contradictoires de chaleur et de sel», a écrit Garrett dans le chapitre 10 de Perspectives in Fluid Dynamics, une monographie de Cambridge University Press. « Cette compétition se manifeste de façon puissante dans la circulation marine à grande échelle et peut être associée à la variabilité du climat. À petite échelle elle donne lieu à des effets "doublement-diffus ' surprenants qui  sont associés à des taux différents de diffusion de chaleur et de sel. »

L'océan et l'atmosphère forment un système inter-relié, fluide et dynamique. Ces éléments exercent une influence profonde, l’une sur l’autre, en s'échangeant de la chaleur et de l'eau. Garrett a étudié ces échanges dans le cadre de diverses mers semi-fermées, comme la Méditerranée, qui sont sujettes à des changements rapides. Ces masses d’eau peuvent être utilisées en tant que bassins d'essai pour étudier les questions océanographiques physiques qui sont pertinentes pour l'ensemble du globe.

Il étudie également la dynamique et les statistiques des vagues scélérates qui sont souvent blâmées pour la perte de navires en mer, ou pour les personnes étant emportées au large des côtes. Son examen de la trajectoire des icebergs a fourni des informations précieuses sur les tourbillons océaniques, ainsi qu'un régime de prévision pour l'industrie pétrolière offshore.

Les travaux de Garrett potant sur la physique de base des marées océaniques ont conduit à l'examen du potentiel de la production d'énergie à la fois de l’élévation des marées et des courants de marée. Dans les deux cas, l'extraction de plus d'une petite quantité d'énergie peut avoir des effets significatifs sur les marées elles-mêmes et donc sur l'écologie locale. Lorsque Garrett donne des conférences sur l'énergie marémotrice, il termine habituellement sa présentation avec une photo du réacteur nucléaire Candu à Point Lepreau sur la baie de Fundy et suggère que «peut-être la meilleure utilisation de courants forts et froids dans la production d'électricité est de fournir de l'eau de refroidissement pour les réacteurs nucléaires.» Garrett est également prudent quant à l'utilisation de vagues de l'océan pour de grandes quantités d'énergie. La génération d'un gigawatt - soit assez pour alimenter une ville d’une population d’un million ou plus - requiert l'énergie de vagues le long d'environ 100 km de côtes. La production d’un montant si grand d’énergie aurait des exigences importantes pour les infrastructures et des impacts environnementaux significatifs. «Les choses qui semblent très prometteuses au premier abord sont souvent moins «vertes» si l'utilisation à grande échelle est envisagée, dit-il, « par contre, l'utilisation à petite échelle de l'énergie marémotrice et des vagues dans les collectivités éloignées, par exemple, pourrait être utile. "

Garrett a été membre de plusieurs groupes de travail de scientifiques et de conseils consultatifs aux niveaux local, national et international. Une de ses préoccupations est l'utilisation de l'océan pour l'élimination des déchets. Il a servi comme membre et président du Comité consultatif de surveillance marine pour le district régional de la capitale, à Victoria, Colombie-Britannique. Comme beaucoup d'autres spécialistes des sciences marines, il a conclu que l'impact environnemental de la décharge des eaux usées finement pulvérisées dans les eaux profondes et vigoureusement mélangées du détroit de Juan de Fuca est très faible. Les entreprises locales sont réglementées de telle sorte que de nombreux polluants ne sont plus retrouvés dans les eaux usées. "Ici, le traitement secondaire des eaux usées mené sur la terre est une faible priorité pour la protection de l'environnement marin, dit-il. "Nous aurions préféré que l'argent soit dépensé sur des choses qui seraient vraiment bénéfiques pour l'environnement."

Tout au long de sa carrière, Garrett a maintenu des contacts et des liens d'amitié avec plusieurs de ses anciens conseillers, collaborateurs et étudiants. Pour célébrer son 65e anniversaire en 2008, plus de quarante de ses collègues se sont réunis près de Victoria pour présenter des publications dans une atmosphère détendue et pour discuter d’intérêts scientifiques communs. Garrett a pris sa retraite en 2010 de la position de Professeur de Physique des Océans Lansdowne (conjointement avec les départements de physique et d'astronomie à l'Université de Victoria) qu'il détenait depuis 1991. Il est toujours impliqué dans divers projets et des comités consultatifs scientifiques bénévoles.

Profil écrit par Paula Johanson.

Carrière